Comment s’équiper pour devenir survivaliste ?

Guerres, pandémie, crises, dérèglements climatiques … avec tous les évènements que connait le monde actuellement, devenir survivaliste n’est plus une idée si folle. Comment s’équiper pour devenir un survivaliste ? Un simple couteau ne vous sera pas d’une grande aide si vous comptez survivre, c’est pour cela qu’on vous présente le survivalisme en quelques mots, pour que vous deveniez un veritable Bear Grylls !

D’où vient la tendance du survivalisme ?

Aux Etats-Unis, dans les années 60, les diverses catastrophes économiques du pays et la guerre froide ont incité divers personnages politique de l’époque à anticiper et à conseiller la population sur le fait qu’il était nécessaire de se préparer au pire. En 1967, un architecte (sustainable designer) nommé Don Stephens commence à utiliser le therme retreater (c’est à dire celui qui se réfugie).

Ce n’est que dans les années 70 que le therme survivaliste est utilisé par Kurt Saxon, anciennement sous le nom de Donald Sisco, membre du Parti nazi américain, de l’Église de Scientologie et de l’Église de Satan (il a préféré changer de nom par rapport à ces idées un peu trop divergentes). Il revendique la création du mot “Survivaliste” et théorise le fait que le survivalisme est un mouvement qui se prépare à “l’effondrement de la société tout entière”

Quelles sont les dangers dont ont peur les survivalistes ?

Selon les survivalistes, le monde court 4 grands dangers :

Des craintes fondées ?

Depuis 1990, la GIEC a publié 5 rapports sur les changements climatiques. Malgré que ce soit une urgence, notre quotidien n’en ai pas encore impacté. Malheureusement, les effets de gaz à effet de serre engendré par les hommes engendreront de manière évidente une perte conséquente des rendements agricoles mais aussi augmenteront dramatiquement les catastrophes naturelles…

En 2050, nous serons 9 milliards sur Terre. Selon l’écrivain Matthew Stein, nous n’avons aucune chance de survivre si nous ne programmons pas un déclin de la démographie mondiale. De plus, de plus en plus d’expert en agronomie ne perdent pas espoir, mais commencent à alarmer les grandes instances qui malgré l’urgence n’arrivent toujours pas à prendre des décisions concrètes entre tous les pays du monde.

Aussi, l’épuisement des ressources fait partie des raison numéro 1 de la surpopulation de la planète. En effet, l’ensemble de l’Humanité consomme actuellement en 9 mois ce que la terre peut donner en 1 an (aka le jour du dépassement). Ce jour n’était atteint que le 23 décembre en 1970, aujourd’hui, nous atteignons ce jour le 28 juillet. Cela devient inquiétant…

Enfin, l’individualité et les fractures sociales est l’un des facteurs les plus importants pour les survivalistes concernant l’instabilité et la décadence de notre société. Selon la NASA et relayé par The Guardian, la fin de notre civilisation prendrait fin dans ce siècle à cause de notre incapacité à partager équitablement les richesses en partie.

Même si ça fait un peu beaucoup, malheureusement d’une liste qui ne comprend pas par exemple les guerres, la surpêche, notre surconsommation d’antibiotiques, ou tout simplement le déclin de l’eau potable avec les sécheresses.

La combinaison de tous ces risques empire la situation et la complexifie. Pour Bertrand Vidal, le fait d’avoir un penchant pour l’inertie, c’est ce qui conduit certains survivalistes à aller plus loin que prendre des simples précautions, à embrasser la catastrophe, espérer que cela va se passer.

Cependant, cela ne se “limite” qu’aux survivalistes, ce désir est en fait lié à notre fascination pour les œuvres postapocalyptique et dystopique, on peut prendre du livre de George Orwell 1984 ou encore la célèbre série the Walking Dead.

Ces genres montrent souvent les relations humaines a l’état pure puisque c’est la ou les humains sont en dehors du cadre des lois et le retour à une réalité véritable (les besoins primaires comme la faim, la fatigue, le froid etc.…).

Cela traduit aussi des plus grandes peurs des sociétés. Des années 50 jusqu’aux années 90, l’apocalypse était mise en scène par une catastrophe nucléaire, mais avec le temps et l’évolution des sociétés d’aujourd’hui, les productions culturelles postapocalyptiques innovent avec par exemple les risques d’une catastrophe sanitaire avec The Last Of Us, la surconsommation dans le film d’animation de Disney WALL-E mais ce qui est indémodable à travers le temps, ce sont les invasions extra-terrestre avec la saga Halo.

Comment s’équiper pour devenir survivaliste ?

Mais la question n’a toujours pas eu de réponse ! Pour devenir survivaliste dans la nature, il faut se préparer à survivre, c’est évident.

Tout d’abord, il faut acquérir un maximum de connaissances dans ce domaine, comment se débrouiller seul, et avec peu. Pour se nourrir, il faudra cultiver sa propre nourriture et/où trouver de la nourriture et de l’eau potable, s’entretenir physiquement etc… Mais qu’en est-il de l’équipement ?

Pour commencer, voici la liste de base :

  • une gourde
  • un couteau de poche / couteau suisse serait le top
  • un briquet pour allumer des feux pour cuisiner … et se réchauffer
  • une paille filtrante pourrait vous sauver la vie mais vous ne pourrez l’utiliser que pour boire à la source
  • un sac à dos, je ne vous apprends rien, plus il est grand, mieux c’est
  • pour se déplacer dans la nuit, vaut mieux se déplacer dans la lumière avec une lampe torche
  • le plus important, un kit de soin pour survivre et résister aux bactéries / maladies
  • un sac de couchage pour dormir au chaud et de manière nomade
  • pour vous diriger et ne pas vous perdre, il vous faut aussi une boussole
  • une montre pour garder un repère temporel (avant d’apprendre à connaître l’heure via le soleil …)
  • des bonnes chaussures pour marcher (oui car ne comptez plus sur votre voiture)

Conclusion

Aujourd’hui en France, 65% des Français pensent que notre civilisation va s’effondrer dans les années à venir. Parmi eux, 100 000 à 150 000 français ont choisis d’agir et de ne prendre leur destin en main faces aux menaces cités précédemment.

Vous l’aurez compris, en France ce mouvement n’est pas aussi important qu’aux Etats-Unis, mais il commence à compter de plus en plus d’adepte.

Or, selon la DGSI, des mouvances radicales de ce mouvement ont été détecté et pourrait bien passer à l’acte puisqu’en France, le survivalisme est passé de l’agriculture bio aux armes à feu contrairement aux Etats-Unis qui eux n’ont connu que les armes à feux à travers cette mouvance.

Si vous avez aimé, partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.