Le CBD peut-il rendre positif à un test de dépistage de drogues ?

Bien que l’utilisation de l’huile de CBD soit légale à des fins médicales en France, certaines questions subsistent quant à son utilisation, comme « le CBD sera-t-il détecté lors d’un test de dépistage de drogues ».

Les médicaments à base de cannabis sont de plus en plus prescrits par les médecins français pour un certain nombre d’affections, en complément de nombre d’autres médicaments plus traditionnels.

Le CBD entraîne-t-il des effets secondaires ?

Cependant, beaucoup d’inconnues subsistent en ce qui concerne les effets secondaires du CBD, son impact sur les tests de dépistage des drogues, l’affaiblissement des facultés et ce que cela signifie au travail ou au volant. Malheureusement, le système actuel fait courir à de nombreux patients non informés le risque de se voir infliger de lourdes amendes, de perdre leur permis de conduire, leur emploi ou de devoir se défendre devant un tribunal pour leur utilisation médicale de produits à base de cannabis.

Nous savons que les médicaments contenant du THC (le composant du cannabis qui fait planer), mais qu’en est-il du CBD (cannabidiol) ? Peut-on conduire ou travailler en toute sécurité en prenant des médicaments contenant du CBD ?

Examinons tout d’abord le THC, le cannabinoïde qui peut causer l’affaiblissement des facultés dans un contexte de conduite automobile.

Nombre d’études scientifiques, ont révélé que les médicaments à base de cannabis à dominance de THC et équilibrés en THC/CBD entraînait un plus grand nombre de déviations de trajectoire et laissaient de grands espaces entre les autres voitures.

En France, il est illégal de conduire avec une quelconque quantité de THC dans l’organisme, ce qui signifie que les tests routiers utilisés (prélèvements de salive, de sang et d’urine) ne visent pas à détecter l’affaiblissement des facultés, mais simplement la présence de THC.

Que se passe-t-il si un médicament contenant du THC est pris le soir et que la personne conduit ou travaille le lendemain ? Le THC apparaîtra-t-il dans un test de dépistage de drogues ?

Bien que le test salivaire actuellement utilisé par la police française soit très imprécis pour détecter le THC, cela reste possible et, techniquement, vous enfreindriez la loi.

Ce que nous savons, c’est que le THC est lipophile (il aime les graisses), ce qui signifie qu’il peut être stocké dans vos cellules adipeuses – parfois jusqu’à un mois, en fonction de la fréquence et du niveau de consommation, ce qui peut conduire à l’échec d’un test de dépistage des semaines après votre dernière dose. 

Cela place donc beaucoup de patients dans une situation difficile : 

Si les médicaments à base de THC sont adaptés à votre état, devez-vous renoncer complètement aux médicaments à base de THC (et utiliser d’autres médicaments pharmaceutiques) ou renoncer à conduire ? 

Par ailleurs, certains patients peuvent obtenir les mêmes résultats avec des médicaments à base de CBD, en fonction de leur état, mais il s’agit souvent de quantités beaucoup plus importantes, ce qui peut signifier un traitement plus coûteux.

Vais je échouer à un test de dépistage du CBD ?  

Dans la grande majorité des, vous ne devriez pas échouer à un test de dépistage de drogues juste à cause CBD, mais vous pourriez potentiellement échouer à un test de dépistage de drogues pour tout THC résiduel dans ce produit CBD. 

C’est pourquoi il est important que l’on vous prescrive un produit fabriqué légalement dans une installation approuvée par le gouvernement, et qui est donc accompagné d’un certificat d’analyse indiquant exactement la quantité de CBD et de THC (le cas échéant) présent.  

Le THC apparaîtrait-il dans un prélèvement de salive lors d’un contrôle routier ?  

La plupart des employeurs effectuent des tests d’urine pour détecter la présence de THC, et un employé échoue à un test de dépistage de drogues si son urine est positive généralement à 40-50 milliardièmes de gramme par millilitre d’urine (40-50 ng/mL). Sachez en outre que votre employeur pourrait utiliser de vieilles technologies de test antidrogue (comme la chromatographie) qui sont connues pour donner de faux positifs.

Combien de temps faut-il pour que des traces de THC quittent mon organisme ?

De nombreux facteurs entrent en ligne de compte, notamment la quantité consommée, la méthode d’administration (inhalation ou voie orale), la durée d’utilisation du produit, le métabolisme et d’autres facteurs comme le niveau d’hydratation.

Vous pourriez hypothétiquement prendre un médicament à dominante de CBD avec de très faibles niveaux de THC, ou une huile à spectre complet de CBD pendant des mois, à de faibles quantités (50 mg/jour), et ne jamais échouer à un dépistage urinaire. 

Si vous avez aimé, partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.