Pourquoi les paris sportifs rendent addict ?

Beaucoup de gens aiment jouer à un jeu de hasard de temps en temps et le risque de devenir “addict” n’est jamais loin.  L’élément “risque contre récompense” donne aux joueurs une petite poussée d’excitation, même s’ils ne gagnent pas, et le plus souvent, on en profite comme d’une activité sociale – qu’il s’agisse de parier sur un sport comme les courses ou de jouer au poker avec quelques amis.

Mais comme c’est le cas pour de nombreuses substances et expériences qui nous font nous sentir bien – comme manger, faire les courses ou boire de l’alcool -, l’excès peut transformer ce qui devrait être une source occasionnelle de plaisir en une dépendance mentale.

Le cerveau est conditionné à vouloir de plus en plus déclencher son système de récompense, au point que son câblage mental est considérablement altéré, et que le ramener à la normale nécessite de défaire des semaines, des mois, voire des années d’impact négatif.

Lorsqu’une personne atteint ce stade, le jeu est devenu plus qu’un simple problème de brûlure de portefeuille trop rapide : il est devenu une dépendance…

Qu’est-ce qui rend le jeu de hasard sportif addictif ?

La réponse à cette question n’est pas aussi simple que “les gens aiment gagner de l’argent et aiment encore plus le gagner, alors ils en font trop”.

Jouer à l’excès peut entraîner des altérations spectaculaires dans la façon dont le cerveau envoie des messages chimiques, et les joueurs ont souvent des dispositions génétiques ou psychologiques qui les rendent trop enclins à jouer.

Ces facteurs peuvent déclencher une spirale descendante vers la dépendance.

Qu’arrive-t-il au cerveau ?

Pour comprendre l’addiction au jeu, il faut comprendre un peu comment le cerveau fonctionne naturellement lorsque nous nous adonnons à des activités agréables.

Notre cerveau possède une série de circuits connus sous le nom de système de récompense.

Ils sont reliés à différentes régions du cerveau, notamment les centres de plaisir et de motivation.

Les expériences gratifiantes – comme recevoir un compliment, faire l’amour, accomplir une tâche ou gagner un jeu – font que notre cerveau envoie des signaux par l’intermédiaire de neurotransmetteurs : des messagers chimiques qui stimulent ou dépriment les neurones du cerveau.

Pour plus d’infos, consultez www.betmaker.co.

La libération de dopamine

Le principal neurotransmetteur du système de récompense est connu sous le nom de dopamine.

Lorsqu’une quantité suffisante de dopamine est libérée à la suite d’activités stimulantes et agréables, nous ressentons de l’euphorie et du plaisir, et nous nous sentons motivés (notamment pour refaire la même activité).

Lorsque l’on prend des drogues, elles créent un état d’euphorie en augmentant la quantité de dopamine libérée dans le système de récompense jusqu’à dix fois plus que la quantité que les expériences enrichissantes naturelles généreraient.

Cela se produit également dans le cas des jeux de hasard.

Les recherches et les études sur l’effet du jeu sur le cerveau indiquent qu’il active le système de récompense du cerveau de la même manière que les drogues : en libérant une quantité plus importante de dopamine.

 

Si vous avez aimé, partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.